La cueillette responsable des plantes médicinales et aromatiques sauvages : un enjeu crucial pour la biodiversité

Table des matières

Engouement pour les remèdes naturels et pression sur les ressources de plantes sauvages

Face à la popularité croissante des remèdes naturels, de plus en plus de plantes médicinales et aromatiques (PAM) sauvages sont récoltées. La demande pour ces plantes a triplé au niveau mondial entre 1999 et 2015, avec une proportion allant de 60 à 90% d’entre elles collectées à l'état sauvage. En France, l'Association Française des Cueilleurs a identifié plus de 700 espèces ou sous-espèces qui sont actuellement cueillies ou ayant le potentiel de l'être. Parmi elles, 300 sont couramment récoltées tandis que 500 ne se trouvent qu'à l'état sauvage.

La surexploitation de ces plantes est une menace potentielle pour leur préservation à long terme, et d'autres facteurs tels que la pollution, l'urbanisation, les changements dans les pratiques agricoles et le changement climatique peuvent également nuire à leur survie. Si le retour en grâce des PAM sauvages est bénéfique pour l'homme, il soulève des inquiétudes quant à la durabilité de ces plantes, notamment celles qui sont rares ou fortement prélevées.

Les défis liés à la cueillette responsable des plantes sauvages

Les différentes activités menaçant les PAM sauvages

Avant de se concentrer spécifiquement sur les impacts de la cueillette, il est important de garder à l'esprit que les cueilleurs ne sont pas les seuls à interagir avec les milieux où ils récoltent des plantes. En effet, d'autres activités telles que l'agriculture, la sylviculture, l’urbanisation, le tourisme et les loisirs peuvent également impacter les plantes.

La responsabilité des différents acteurs impliqués

Les professionnels de l'industrie pharmaceutique ou agroalimentaire peuvent aussi avoir une responsabilité importante dans la pression exercée sur les plantes récoltées en raison des volumes de demande élevés. Localement, un nombre croissant de cueilleurs amateurs peut également avoir un impact significatif. Dans certains cas, les cueilleurs peuvent endommager davantage la plante qu'il ne serait nécessaire pour prélever la partie souhaitée ou les fruits, ce qui nuit à la pérennité de la ressource. C'est pourquoi il est essentiel de respecter quelques règles de base en matière de cueillette responsable :

  • Vérifier que la plante à cueillir n'est pas rare ou protégée dans la région
  • Cueillir avec parcimonie et ne prélever que ce que l'on sera en mesure de sécher / conserver et utiliser
  • Coordonner ses actions avec celles des autres cueilleurs présents dans la zone afin d'éviter la surexploitation

L'importance de l'éthique et du respect dans la cueillette responsable

Le respect de l'environnement

Les cueilleurs membres de l'Association Française des Cueilleurs ou encore signataires de la charte des SIMPLES sont formés à respecter les bonnes pratiques de récolte pour préserver la biodiversité et les ressources. Ils s'engagent notamment à :

  • Ne récolter que des plantes pertinentes pour leur activité
  • Ne pas cueillir de plantes protégées
  • Participer à la préservation des sites de cueillette
  • Respecter les cycles et les modes de reproduction des plantes pour assurer la pérennité de la ressource, grâce à une récolte partielle et rotative adaptée à chaque espèce et environnement

Bien évidemment, les cueilleurs s’engagent également à laisser derrière eux un site de cueillette propre, exempt de tout déchet, et à respecter les espèces animales et végétales en place.

Le respect de la plante

Enfin, le cueilleur doit veiller à récolter une plante saine, exempte de toute maladie visible afin d’éviter d’éventuelles contaminations d’autres sites de cueillette. Une fois récoltée, la plante doit être traitée avec respect et rapidement mise en œuvre (séchage, macération…) afin d’éviter au maximum les pertes.

Le respect des propriétaires fonciers

La relation avec les propriétaires fonciers est l'un des aspects les plus complexes de la cueillette. Pour exercer la cueillette, l'une des premières démarches pour les cueilleurs consiste à prendre contact avec les propriétaires fonciers des terrains de collecte, afin d’expliquer leur travail, pourquoi et comment ils le font, ainsi que les grands principes de l’éco-cueillette.

Les engagements de Aïako pour préserver les ressources de plantes sauvages

C’est pour toutes ces raisons que AÏAKO s’approvisionne en circuit court auprès de cueilleurs et cueilleuses engagées dans une démarche respectueuse de cueillette des plantes médicinales sauvages. Nous avons également sélectionné dans nos formules des plantes dont la ressource est présente en abondance sur le territoire et qu’il est facile de multiplier au besoin, afin de ne pas créer d’impact négatif sur la biodiversité. Dès la cueillette, les plantes sont placées en macération afin d’en extraire les principes actifs. Enfin, notre procédé de production met en œuvre la juste quantité de plantes afin de ne pas sur-cueillir les végétaux.

En somme, la cueillette responsable des plantes médicinales et aromatiques sauvages est un enjeu crucial afin de préserver notre précieuse biodiversité tout en offrant à l'homme les bienfaits de ces ressources naturelles. Chacun doit prendre conscience de ses responsabilités et agir avec respect envers la nature, afin d'assurer la pérennité de ces trésors végétaux pour les générations futures.

Picture of Caroline Baly
Caroline Baly

Ingénieure en biologie, Caroline Baly est passionnée par le végétal. Après dix ans à travailler à la régénération des sols agricoles et à la valorisation des plantes médicinales, elle fonde AÏAKO en 2021 avec pour objectif de soigner les plantes tout en préservant la planète.

Table des matières
En ce moment
Derniers articles

Vous aimerez aussi ces articles

Panier
Se connecter

Pas encore de compte ?

Facebook Instagram TikTok
Commencez à taper pour voir les produits que vous recherchez.

Ceci se fermera dans 0 secondes

Boutique
Mon compte
0 items Panier